Confinement en Avignon

La preuve ! Street view Rue Peyrollerie Rouge Gorge Place Pie Voie rapide

Catégories

Première Avignonade

Ce que je verrai dans le « In » cette année… Feuilleton. Ou… feuilletons (le programme), comme vous voulez.

Après mon coup d’envoi du 11 mai dernier sur le site d’Œdipe (http://www.oedipe.org/fr/spectacle/theatre/AVIGNON2007), je vais, au fil de ces « Avignonades », dire ce qui a guidé mes choix dans les spectacles que je verrai cette année. Je le ferai au fil des pages du programme (au fil de celui sorti sur papier, et que les avignonnais ont en main depuis une semaine). Ce qui signifie que je n’en parlerai pas par ordre de préférence. Et pourtant !

J’irai d’abord dans « LA Cour ». Je me refuse d’entrer dans le Festival autrement que par La Cour d’Honneur ! — et ce, depuis 1967. Cette année, ce sera avec « L’acte inconnu » de Valère Novarina. « L’acte inconnu » m’est inconnu. C’est une création 2007. Mais, Valère Novarina… En 1986, j’ai vu son « Drame de la vie », un spectacle avec 2587 personnages, oui : deux mille cinq cent quatre vingt sept ! Il revient en 1987 (tiens, quatre vingt sept !) avec « Le discours aux animaux », puis en 1989 avec « Vous qui habitez le temps », puis en…, puis en… Qu’est-ce qu’il fait entre-temps ? Et bien il peint, il dessine… Vous pourrez d’ailleurs profiter de votre séjour en Avignon pour visiter les expositions qui lui sont consacrées cet été : une à « La Chapelle du Miracle » — un bijou du XIIe siècle situé rue Velouterie (« Velouterie », un mot qu’aurait pu inventer Novarina, car on dit de lui qu’il réinvente le langage), l’autre à l’École d’Art. Mais pour se rapprocher de lui, l’approcher encore, il faudra traverser le pont Daladier, celui qui passe au dessus de l’île de la Barthelasse et au dessus de l’île Piot (c’est sur cette dernière — soit dit en passant — qu’on gare sa voiture quand on vient en Avignon) et aller jusqu’à la Cave du Pape de la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon. Là, « Ajour ». Une autre création 2007, du même Valère, mise en scène par Christine Dormoy. J’entends votre question : Christine Dormoy ? Christine Dormoy est une comédienne de formation, qui, un jour, a fait une très belle rencontre : Jean-Louis Hourdin. Vous verrez son travail.

En ce qui me concerne, je vous retrouve demain, ou son lendemain, pour vous parler d’un autre de mes choix.

Michèle Jung Avignon, le 17 mai 2007

P.S. Décodage. Sur le programme, vous verrez des carrés bleus, verts, rouges, jaunes, noirs accolés aux titres. Ils disent si c’est du théâtre, de la musique, de la danse, de la vidéo, des arts plastiques ou cela tout à la fois, ou ça et ça à la fois.

Ces deux spectacles ont un carré bleu et un carré vert. Donc… ?

Envoyer un commentaire