Berlin 2018…

IMG_2646 IMG_2423-1 IMG_2421 IMG_2413 IMG_2393 IMG_2385

Catégories

Emil Nolde

Emil Nolde : Le couple. Stiftung Seebüll Ada und Emil Nolde Neukirchen, Allemagne © Nolde Stiftung-Seebüll 1913/1914. Aquarelle, encre indienne 50,3/5 x 36,9/37,3

Emil Nolde : Le couple. Stiftung Seebüll Ada und Emil Nolde Neukirchen, Allemagne © Nolde Stiftung-Seebüll 1913/1914. Aquarelle, encre indienne 50,3/5 x 36,9/37,3

… eine deutsche Legende/ Nationale Galerie, Berlin Hamburger Bahnhof

Der Expressionist Emil Nolde (1867-1956) ist der wohl berühmteste « entartete Künstler » : von keinen anderen Maler wurden während des Nationalsozialismus so viele Arbeiten beschlagnahmt und derartig prominent in der Propagandaausstellung « Entartete Kunst » zur Schau gestellt.

Dass Emil Nolde ein Partei Mitglied war, ist bekannt. Aber was dies mit seiner Kunst zu tun hat (Ich lese Celine…). Hier, in Berlin, werden die berühmten « Ungemalten Bilder » — die kleinformatigen Aquarelle — in einem interessanten Licht präsentiert. Bereits 1938 hatte Nolde angefangen kleine Formate in Aquarellfarbe zu malen. Diese Bilder waren in mehrfacher Beziehung „ungemalt“. Zum einen, weil er sie aufgrund seines Berufsverbotes ab 1941 nicht mehr öffentlich zeigen durfte, und andererseits, weil Nolde vorhatte, diese Blätter später in großformatige Ölbilder umzusetzen, sie also seinem Vorhaben gemäß bis dahin noch gar nicht gemalt waren… Schade für mich, ih hätte gern dieses Bilder in großformatige Ölbilder gesehen.

3 commentaires pour Emil Nolde

  • Michèle Chazeuil

    Das Brücke-Museum präsentiert zeitgleich die Ausstellung « Flucht in die Bilder ? Die Künstler der Brücke im Nationasozialismus, die sich erstmal kritisch und ausführlich mit der künstlerischen Praxis, den Handlungsspielräumen und dem Alltag der Brücke-Künstler im Nationalsozialismus beschäftigt, sodass sich beide Ausstellungen voertrefflich ergänzen und wechselseitig kommentieren.

  • Hambourg (AP) – Dans le débat sur le peintre Emil Nolde, l’expert littéraire Günter Berg a défendu l’écrivain Siegfried Lenz.

    L’hypothèse selon laquelle Lenz (1926-2014) stylisait unilatéralement le peintre dans son roman « Deutschstunde » publié en 1968, victime de l’interdiction des nazis, a influencé la vision positive de Nolde dans l’après-guerre, fondée sur une incompréhension de la fonction de la littérature a déclaré l’ancien éditeur ( Suhrkamp , Island, Hoffmann et Campe) et membre du conseil d’administration de la Fondation Siegfried Lenz. « Avec la » leçon d’allemand « , Lenz n’a pas voulu écrire un roman clé sur Nolde», a souligné Berg.

    « Il y a un désir ardent que la littérature nous éclaire dans chaque détail de la réalité. Mais c’est un vrai malentendu « , a déclaré Berg. Lenz se concentrait sur le conflit entre le peintre et les nazis et ce conflit existait réellement – Nolde avait été ostracisé par les nazis en tant qu ‘ »artiste dégénéré » à cause de son art expressionniste.

    La «leçon d’allemand» est l’un des plus grands succès littéraires en Allemagne après 1945. Elle était une lecture obligatoire en cours d’école et traduite dans de nombreuses langues. Dans le personnage fictif du peintre Nansen, contre lequel les nazis interdisent la peinture, était facilement reconnaissable en tant que modèle Nolde. Entre-temps, de nouvelles évaluations scientifiques du domaine de Nolde (1867-1956) ont étayé l’attitude antisémite du peintre expressionniste et sa proximité avec l’idéologie nazie. Récemment informé à Berlin de l’exposition «Emil Nolde – Une légende allemande. L’artiste sous le socialisme national », qui a déjà attiré plus de 10 000 visiteurs. La question était d’autant plus explosive que la chancelière Angela Merkel avait suspendu deux photos de Nolde à son bureau et ne souhaitait pas obtenir le remboursement de ses prêts.

    Berg a expliqué que Siegfried Lenz lui-même avait dit, à propos de son approche littéraire, qu’il y avait au départ un sujet, un conflit et qu’il cherchait ensuite le tableau personnel. Trouver plus tard une vérité documentaire dans la « Leçon allemande » avec les faussetés désormais connues de Noldes était une attente qui pourrait remplir le roman à tout moment.

  • « La leçon d’allemand » de Lenz, n’est pas un roman-clé sur Nolde

Envoyer un commentaire